Programme scientifique

Programme format PDF

 

jeudi 24 janvier 2019

Flash Com
14h10 - 15h10
Forum 6
Médecin : Choc cardiogénique
Modérateur(s) : Alain Combes (Paris / FRANCE), Antoine Kimmoun (Nancy / FRANCE)
  • Characterisation of cardiovascular phenotypes in septic shock. Focus on LV systolic dysfunction and its impact on prognosis
    Orateur(s) :
    • Guillaume Geri (Paris / FRANCE)
    • Philippe Vignon (Limoges / FRANCE)
    • Alix Aubry (Boulogne / FRANCE)
    • Anne-Laure Fedou (Limoges / FRANCE)
    • Cyril Charron (Boulogne / FRANCE)
    • Stein Silva (Toulouse / FRANCE)
    • Xavier Repessé (Paris / FRANCE)
    • Antoine Vieillard-Baron (Boulogne / FRANCE)
    14h10 / 14h18
    Abstract : Left ventricular (LV) systolic dysfunction is frequent in septic shock patients, but its prognostic impact remains unknown.Two published databases from 12 different ICUs including echocardiographic monitoring performed at the initial phase of septic shock were merged. Patients with a history of chronic heart failure or atrial fibrillation or dobutamine infusion at the time of echocardiography were excluded from the analysis. Hierarchical clustering in a principal components approach was used to define five cardiovascular phenotypes using haemodynamic, clinical and echocardiographic parameters. Missing data were imputed. The relationship between cluster and mortality (day-7 and ICU) was evaluated using a multivariable logistic regression.324 patients (median age 64 [55, 74]) were included in the analysis. Five different clusters were individualised: patients well resuscitated (cluster 1, n=76) without LV systolic function, right ventricular (RV) failure or fluid responsiveness, patients with LV systolic dysfunction (cluster 2, n=41), patients with hyperkinetic profile (cluster 3, n=70), patients with RV failure (cluster 4, n=76), and patients with persistent hypovolemia (cluster 5, n=61). Day-7 mortality was higher in cluster 2 than in the others (37 vs. 12, 13, 24 and 20%, in clusters 1, 3, 4, and 5, respectively, p=0.04), while ICU mortality did not differ across clusters. In multivariable logistic regression, LV systolic dysfunction was independently associated with increased day-7 mortality (odds ratio 2.80 [95% confidence interval 1.05, 7.76]).Among the five cardiovascular phenotypes individualised in this large cohort of septic shock patients, LV systolic dysfunction was independently associated with day-7 mortality.
  • Impact of hyperoxia on patients hospitalized in intensive care unit for pulmonary congestion due to acute heart failure
    Orateur(s) :
    • Julien NaËl (Paris / FRANCE)
    • Mathilde Ruggiu (Paris / FRANCE)
    • Clotilde Bailleul (Paris / FRANCE)
    • Sofia Ortuno (Paris / FRANCE)
    • Jean-Luc Diehl (Paris / FRANCE)
    • Damien Vimpere (Paris / FRANCE)
    • Aymeric Lancelot (Paris / FRANCE)
    • Amélie Couteau (Paris / FRANCE)
    • Emmanuel Guerot (Paris / FRANCE)
    • Nicolas Danchin (Paris / FRANCE)
    • Etienne Puymirat (Paris / FRANCE)
    14h18 / 14h26
    Abstract : Oxygen therapy(OT) remains a cornerstone of acute heart failure(AHF) therapy in patients with pulmonary congestion(PC). While avoiding hypoxemia has long been a goal of critical care practitioners, less attention has been paid to the potential hazard related to excessive oxygenation and/or hyperoxia. Recent studies highlighted the uselessness or the potential hazard of hyperoxia in patients admitted for acute medical emergencies Our main objective was to evaluate the impact of an early hyperoxia exposure among critically ill patients hospitalized for AHF. In this observational, retrospective study lead in a Parisian medical intensive care unit(ICU), we assessed AHF patients admitted for PC from 01/01/2015 to 12/31/2016. Patients with cardiac arrest, severe chronic obstructive pulmonary disease, and long-term OTwere not included. Hyperoxia was defined as a PaO2>100 mmHg on blood gaz analysis. The hyperoxia group was defined by having at least one PaO2>100mmHg the first day following the ICU admission. The principal endpoint was a 30-day composite one combining all-cause mortality and unplanned hospital admission. The secondary endpoints were occurrence of a pneumonia/bacteriemia, ICU length of stay(LOS) and hospital LOS. Multivariate analysis was performed to determine if hyperoxia was independent risk factor of 30-day mortality. Among the 1541 patients admitted in ICU during the period study, 75 patients with PC due to AHF were included. Forty-one patients(54.7%) required mechanical ventilation. During the first 24 hours, 43 patients(57.3%) presented at least one hyperoxia on ABG [the hyperoxia group(H)] whereas 32 patients(42.7%) did not[the control group(C)]. The baseline characteristics according to the two groups did not differ[Table 1]. The composite primary endpoint did not differ between the two groups(27.9% vs 21.8%,P=0.85). 30-day mortality was 14 % in H versus 12.5 % in C, P=0.85. 30-day unplanned hospital admission was increased in H(16.3 %) compared to C but it did not reach the significance(P=0.21). The secondary endpoints were not significantly different between the two groups[Table 1]. In multivariate analysis, hyperoxia was not associated with 30-day mortality[OR=0.44(95%CI: 0.14-1.40), P=0.44]. Hyperoxia is not useful in critically ill patients with AHF but its benefit on the short-term outcome remains to demonstrate.
  • Incidence, predisposing factors and prognosis of acute postoperative Right ventricular failure in cardiac surgery: a prospective cohort study
    Orateur(s) :
    • Ahlem Trifi (Tunis / TUNISIE)
    • Imen Ben Naoui (Tunis / TUNISIE)
    • Sami Abdellatif (Tunis / TUNISIE)
    • Adel Ammous (Tunis / TUNISIE)
    • Raouf Denguir (Tunis / TUNISIE)
    • Mohamed Sami Mourali (Tunis / TUNISIE)
    • Salah Ben Lakhal (Tunis / TUNISIE)
    14h26 / 14h34
    Abstract : Acute postoperative cardiac surgery (POCS) right ventricular failure (RVF) is uncommon and worsened the patient's prognosis. We aimed to study the incidence, risk factors and outcome of acute RVF in cardiac surgery under extracorporeal circulation (ECC) patients. a prospective cohort study over one year (December 2016-december 2017). Were included, patients candidates for cardiac surgery (CS) with extra corporeal circulation and having a normal RF systolic function. Transthoracic-echocardiography (TTE) Doppler was performed on day 1, day 3, day 7 and 1 postoperative month. TAPSE <13 mm and an S-wave velocity <10 cm/s during the first postoperative week defined the POCS-RVF. Thus, patients were divided into two groups (POCS-RVF group versus non POCS-RVF group) and compared. Outcomes were: catecholamine support, septic events, length of stay (LOS), ventilator days and 30-day mortality. 128 among 131 patients were included (POCS-RVF group, n=49 versus non POCS-RVF, n=79). The incidence of acute POCS-RVF was 38.2%. Acute RVF occurred at the 1st post operative day and remained during 30 days (attached fig). Mitral valve replacement, aortic clamping time above than 90 min, preoperative arrhythmia and bleeding were significantly related to acute POCS-RVF with respectively (OR=11.75 ; IC[2.18-13.16]), (OR=4.36 ; IC[1.01-18.68]), (OR=6.55 ; IC[2.38-17.96]), (OR=3.4 ; IC[2.38-17.96]). Acute POCS-RVF increased mortality [21(43%) vs 16 (20%), p=0.006] and reduced survival time by 5 days but no significant link was showed between POCS-RVF and death. It depended to the left ventricular (LV) systolic function. LV dysfunction in POCS-RVF patients increased the death risk by 3 and its absence improved survival. Other factors were significantly associated to mortality Bentall and coronary tube procedures and ECC time> 120 min. the incidence of acute POCS-RVF is not negligible and several preoperative factors predispose to this phenomenon. LV failure worsened the outcome. These findings should sustain preventive measures to limit myocardial damage during cardiac surgery.
  • High risk of Chronic Kidney Disease after VA-ECMO : Results of one year follow-up of a monocentric cohort of 132 patients.
    Orateur(s) :
    • Camille Vinclair (Paris / FRANCE)
    • Romain Sonneville (Paris / FRANCE)
    • Jean Reuter (Paris / FRANCE)
    • Radj Cally (Paris / FRANCE)
    • Mathilde Neuville (Paris / FRANCE)
    • Jordane Lebut (Paris / FRANCE)
    • Claire Dupuis (Paris / FRANCE)
    • Stéphane Ruckly (Paris / FRANCE)
    • Lila Bouadma (Paris / FRANCE)
    14h34 / 14h42
    Abstract : Veno-Arterial Extra-Corporeal Membrane Oxygenation (VA-ECMO) is a life support technique associated with a major incidence of acute kidney injury (AKI). Risk of chronic kidney disease (CKD) following AKI is high. The objectives of the study were to describe renal natural history within one year following VA-ECMO and to identify early predictors of long-term renal impairment.We retrospectively analyzed consecutive adult patients without preexisting end-stage renal disease (ESRD) who received VA-ECMO for more than 48 hours in the 20-bed medical ICU of a university hospital, in Paris, France, between January 2014 and December 2016. AKI severity during ICU stay was defined according to KDIGO classification. Renal function at 1 year was assessed with estimated glomerular filtration rate (eGFR) using the MDRD equation. The primary endpoint was a composite of poor renal outcome (eGFR ≤ 60 ml/min/1.73m2) or death at one year, defining a bad outcome. Factors associated with bad outcome were identified by multivariate logistic regression analysis. Quantitative variables are reported as median (interquartile range, IQR) and qualitative variables as numbers (percentage). Results of multivariate analysis are reported as odds-ratio (OR) and 95% confidence interval.132 patients with available 1-year follow-up (male sex 75.5%, age 58 [46;66] years, SAPS II 55[38;67], SOFA 9 [6;12], time on ECMO 7.5 [4;12] days) were included in the study. 72 (54%) patients died in ICU and 80 (60.6%) within a year. 121 (92%) patients developed AKI during ICU stay, 73 (55%) required renal replacement therapy. 38 (74%) of survivors had an abnormal decline of eGFR at one year: median decline rate was 30 [18;55] mL/min/1.73m². Four (3%) patients had ESRD at one year, three of them did not required RRT during ICU but experienced recurrent AKI afterwards. In multivariate analysis, a best baseline renal function was protective of a bad renal outcome at one year (OR = 0.981 for a higher eGFR, [0.966;0.996], p=0.01). Severity of AKI in ICU was significantly associated with one year renal outcome. (OR = 67.190 [6.48;697] p< 0.01 for KDIGO stage 3).Among survivors of VA-ECMO therapy, long-term renal impairment is major particularly in those with previous CKD and severe AKI during ICU stay. ESRD is rare and occurs in patient with recurrent AKI.
  • Impact of levosimendan on peripheral veno-arterial extracorporeal membrane oxygenation weaning in intensive care unit
    Orateur(s) :
    • Shamir Vally (Saint-Denis / FRANCE)
    • Cyril Ferdynus (Saint-Denis / FRANCE)
    • Romain Persichini (Saint-Denis / FRANCE)
    • Eric Braunberger (Saint-Denis / FRANCE)
    • Hugo Lo Pinto (Saint-Denis / FRANCE)
    • Bruno Bouchet (Saint-Denis / FRANCE)
    • Olivier Martinet (Saint-Denis / FRANCE)
    • Thomas Aujoulat (Saint-Denis / FRANCE)
    • Jérôme Allyn (Saint-Denis / FRANCE)
    • Nicolas Allou (Saint-Denis / FRANCE)
    14h42 / 14h50
    Abstract : Few data are available concerning the impact of levosimendan in patients with refractory cardiogenic shock supported by peripheral veno-arterial extracorporeal membrane oxygenation (VA-ECMO). The aim of this study was to evaluate impact of levosimendan on VA-ECMO weaning in patients hospitalized in intensive care unit (ICU).This retrospective cohort study was conducted in a French university hospital, in one ICU from 2010 to 2017. All patients hospitalized in ICU who underwent VA-ECMO were consecutively evaluated. A total of 150 patients with VA-ECMO were eligible for the study. A propensity score matched 38 patients in the levosimendan group and 65 patients in the non-levosimendan group. In patients treated with levosimendan, 24h after infusion of medication left ventricular ejection fraction increased from 21.5 ± 9.1% to 30.7 ± 13.5% (P<0.0001) while aortic velocity-time integral increased from 8.9 ± 4 cm to 12.5 ± 3.8 cm, (P=0.002). After matching on propensity score, levosimendan was the only remaining factor associated with a significant reduction of VA-ECMO weaning failure (Hazard Ratio = 0.16; 95%confidence interval: 0.04–0.7; P = 0.01). Kaplan-Meier survival curves showed that the survival rates at 30 days were 78.4% in the levosimendan group and 49.5% in the non-levosimendan group (P=0.0.37). However, no significant difference was found between the levosimendan and non-levosimendan groups regarding 30 days mortality after propensity score analysis (Hazard Ratio = 0.55; 95% confidence interval: 0.27 - 1.10; P = 0.09).This study suggests that levosimendan could be associated with a beneficial effect on VA-ECMO weaning in ICU patients. However, the use of levosimendan tended to decrease 30 days mortality after propensity matched analysis (P=0.09).
  • Serial neuron specific enolase (NSE) serum levels and neurologic outcome of cardiogenic shock patients treated by venoarterial extracorporeal membrane oxygenation (ECMO)
    Orateur(s) :
    • Jean Reuter (Paris / FRANCE)
    • Katell Peoc'H (Clichy / FRANCE)
    • Lila Bouadma (Paris / FRANCE)
    • Dorothée Faille (Paris / FRANCE)
    • Marie-Charlotte Bourrienne (Paris / FRANCE)
    • Claire Dupuis (Paris / FRANCE)
    • Eric Magalhaes (Corbeil-Essonnes / FRANCE)
    • Sébastien Tanaka (Paris / FRANCE)
    • Camille Vinclair (Paris / FRANCE)
    • Etienne de Montmollin (Paris / FRANCE)
    • Nadine Ajzenberg (Paris / FRANCE)
    • Romain Sonneville (Paris / FRANCE)
    14h50 / 14h58
    Abstract : Cardiogenic shock patients treated with venoarterial ECMO (VA-ECMO) may develop brain injury during ECMO support. We aimed to assess the predictive value of serial measurements of neuron specific enolase (NSE) to identify poor neurologic outcome and CT-defined acute brain injury in this setting.We conducted a prospective cohort study in consecutive adult patients cannulated with VA-ECMO for refractory cardiogenic shock in the medical ICU of a university hospital in Paris, France. Plasma was sampled at predefined time points, 1 day, 3 days and 7 days after VA-ECMO cannulation, until ECMO removal or death. Plasma samples were collected and stored at -80°C. The primary endpoint was poor outcome, a composite endpoint of CT-defined brain injury or death 28 days after VA-ECMO cannulation. The secondary endpoint was CT-defined brain injury. Plasma NSE levels were measured at the end of study. Data are presented as median (interquartile range) or number (percentages). The association between NSE levels and outcome was explored by multivariate logistic regression analysis, with NSE levels being dichotomized according to median values at day 1 and day 3.A total of 104 patients (males (n=67, 64%)) with a SOFA score at admission of 11 (8-14) were included, of whom 26 (25%) underwent cardiopulmonary resuscitation before VA-ECMO cannulation. At VA-ECMO cannulation, all patients were mechanically ventilated, 83 (80%) were sedated, and 81 (78%) were receiving vasopressors. Plasma NSE levels were 36 (26-50) µg/L at day 1, 25 (19-38) µg/L at day 3 and 22 (16-31) µg/L at day 7. A poor outcome occurred in 56 (53%) patients and CT-defined brain injury was observed in 16/45 (36%) patients. Plasma NSE levels at day 1 and day 3 were associated with poor outcome in crude analyses. In multivariate analysis, only NSE levels at day 3 remained independently associated with a poor outcome (table). In patients who underwent brain CT during VA-ECMO support, both NSE levels at day 1 and day 3 were associated with CT-defined brain injury.In cardiogenic shock patients treated by VA-ECMO, plasma NSE levels measured 3 days after VA-ECMO initiation are independently associated with short term acute brain injury or death, irrespective of pre-ECMO characteristics. Patients with persistent elevated NSE levels 3 days after VA-ECMO initiation may benefit from advanced neuromonitoring while on ECMO support.
  • Early predictive factors of 30-days mortality in cardiogenic shock: An analysis of the FRENSHOCK multicenter prospective registry
    Orateur(s) :
    • Clément Delmas (Toulouse / FRANCE)
    • Nicolas Lamblin (Lille / FRANCE)
    • Etienne Puymirat (Paris / FRANCE)
    • Guillaume Leurent (Rennes / FRANCE)
    • Vincent Labbe (Paris / FRANCE)
    • Sebastien Champion (Le Chesnay / FRANCE)
    • Stéphane Manzo-Silberman (Paris / FRANCE)
    • Meyer Elbaz (Toulouse / FRANCE)
    • Laurent Bonello (Marseille / FRANCE)
    • Edouard Gerbaud (Pessac / FRANCE)
    • Francois Roubille (Montpellier / FRANCE)
    • Eric Bonnefoy (Lyon / FRANCE)
    • Patrick Henry (Paris / FRANCE)
    14h58 / 15h06
    Abstract : Cardiogenic shock (CS) remains a severe but poorly understood pathology. Many predictive death scores have been previously described but have focused in ischemic CS and took into account data related to the management of these patients. So, there is an urgent need for simple and objective criteria to assess the short-term CS mortality regardless of the initial etiology. FRENSHOCK registry (NCT02703038) was a large prospective multicenter registry of CS patients admitted in intensive cardiac and general critical care units between April and October 2016 in France. Patients were prospectively included regardless of the CS etiology if they met at least one criterion of (1) low cardiac output (systolic blood pressure (SBP) < 90mmHg and/or the need of amines, or a low cardiac index < 2.2L/min/m2 on echocardiography or right heart catheterization; and (2) clinical, radiological, biological (NtproBNP or BNP), echocardiographical, or invasive hemodynamics overload signs; and (3) a clinical (oliguria, marbling, confusion) and/or biological hypoperfusion (lactates > 2mmol/L, hepatic and/or renal failure). We studied factors related to 30d mortality using Kaplan-Meier analyses and Cox proportional hazards modeling.772 patients were included (male 72%, median age 66yo). Non-ischemic CS were predominant (n=491, 64%) although type 1 infarction was infrequent (n=134, 17%). Mortality at 30-days was 26% (n=201). Non survivors were older, had more previous renal failure, marbles, and atrial fibrillation at admission. They had lower SBP and DBP. Diagnostic tests revealed higher arterial lactate – CRP – natriuretic peptids – kaliemia; and lower pH - prothrombin time – hemoglobin – eGFR but also LVEF. Multivariate analysis retained age (especially > 75y), low systolic blood pressure (especially < 90mmHg), high arterial lactate (especially > 4mmol/l), low eGFR (especially < 30ml/min/m²), low LVEF (especially < 30%) as significant predictors of 30-days mortality. Ischemic etiology or type 1 infarction were not predictive. Our multicentric and prospective design confirmed the heterogeneity of CS in terms of presentation and prognosis. Five simple, practical and easy to find signs were found significant predictors of short term mortality and could be useful in providing a more accurate and stratified definition of CS's patients in order to tailor additional therapies
Session Thématique
15h25 - 16h45
733-734
Kinésithérapeutes : Les outils du kiné en réanimation
Modérateur(s) : Ingrid Koube (Bruxelles / BELGIQUE), Marc Léone (Marseille / FRANCE)
  • Evaluation masse, force, fonction musculaire
    Orateur(s) :
    • Muriel Lemaire (Bruxelles / BELGIQUE)
    15h25 / 15h45
  • Epreuves fonctionnelles respiratoires
    Orateur(s) :
    • Olivier Van Hove (Bruxelles / BELGIQUE)
    15h45 / 16h05
  • Evaluation dysphagie
    Orateur(s) :
    • Thomas Gallice (Bordeaux / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • Evaluation cognition
    Orateur(s) :
    • Marianne Devroey (Bruxelles / BELGIQUE)
    16h25 / 16h45
SOS - Session d'organisation des soins
15h25 - 16h45
735-736
Infirmier(e) : Rôle spécifique des auxiliaires de puériculture
Thématique : Pédiatrie
Modérateur(s) : Berthille Bellier (Paris / FRANCE), Emmanuelle Bertholet (Lyon / FRANCE)
  • Le rôle spécifique de l'auxiliaire de puériculture en réanimation pédiatrique
    Orateur(s) :
    • Shirley Seguin (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
    Abstract : Le rôle spécifique de l'auxiliaire de puériculture en réanimation pédiatrique : L'Objectif principal de ce travail est de montrer que l'autonomie et la valorisation du travail des auxiliaires de puériculture permet d'améliorer la rapidité et la qualité de prises en soins en réanimation pédiatrique. Le rôle de l'Auxiliaire de puériculture permet de coordonner les différents soins et d'améliorer la prise en charge des enfants et de leurs parents en réanimation. Au sein du service de réanimation les auxiliaires de puériculture exécutent des taches en lien avec le rôle propre de l'IDE/PDE comme dans toutes structures. En revanche, leur expertise et leur connaissances accrues du matériel, les ont progressivement mené à réaliser des actions sur prescription mais avec vérification médicale obligatoire ; telle que le montage des respirateurs. Avant l'arrivée de l'enfant et le branchement au respirateur, l'interne accompagné du médecin sénior vérifie l'ensemble du montage et ré-effectue les tests. Cette façon de pratiquer nous a permis de sécuriser la prise en charge ventilatoire de l'enfant ; effectivement, il n'était pas rare de s'apercevoir que le ventilateur était monté à l'envers ou alors qu'il n'avait pas été vérifié et donc ne fonctionnait pas à l'arrivée de l'enfant. Ce « glissement de tâches contrôlé », nous permet de gagner un temps précieux à la préparation des chambres de réanimation et d'optimiser les prises en soins. Avant l'arrivée de l'enfant, le médecin sénior et l'interne se doivent de vérifier le montage et de tester le ventilateur afin de sécuriser la prise en charge.
  • Place de l'auxiliaire de puériculture lors de l'accueil des parents
    Orateur(s) :
    • Julia Zamor (Lyon / FRANCE)
    15h45 / 16h05
    Abstract : L'arrivée en Réanimation Pédiatrique peut-être autant « traumatisante » pour les enfants que pour les parents. L'auxiliaire de puéricultrice a alors un rôle prépondérant dans l'accueil de ceux-ci . C'est en effet, en général, la première personne qu'ils vont rencontrer lors de l'attente. Celle-ci va leur présenter les différentes modalités d'accès au service et le fonctionnement de celui-ci. Elle aura ainsi une place particulière dans la prise en charge de l'enfant et l'accompagnement des parents lors du séjour.
  • Place de l'auxiliaire de puériculture au déchoquage
    Orateur(s) :
    • Julie Mantelin (Lyon / FRANCE)
    • Malorie de Monte (Bron / FRANCE)
    16h05 / 16h25
    Abstract : En plus de leurs missions d'accueil et de prise en charge de l'enfant et sa famille au sein du service de Réanimation Pédiatrique de Lyon, les auxiliaires de puériculture ont une mission primordiale lors des déchoquages. Le déchoquage de l'Hôpital Femme Mère Enfant de Lyon accueille environ 400 patients par an dont 150 polytraumatisés. L'auxiliaire de puériculture participe à l'accueil, l'installation et la prise en charge de l'enfant polytraumatisé en collaboration avec l'infirmière des urgences et celle de réanimation pédiatrique ainsi qu'avec le réanimateur. Elle assiste notamment le réanimateur lors de l'intubation, lors de la pose de voies,… Ces missions ne faisant pas partie de son champ de compétences ont été protocolisées dans notre service. Une formation des auxiliaires de puériculture, un an après leur prise de poste dans notre service a donc été mise en place depuis trois ans. Nous souhaitons vous faire partager tout ce travail et ainsi notre expérience.
  • Une auxiliaire de puériculture en réanimation ça ne se ZAP pas !
    Orateur(s) :
    • Lucie Defaye (Bordeaux / FRANCE)
    16h25 / 16h45
    Abstract : De nombreuses idées préconçues existent sur le rôle et la place des AP dans une unité de réanimation pédiatrique. Par exemple : « Elles ne font que du ménage ! » Et pourtant elles sont au centre des prises en charge. Le prolongement des yeux, des oreilles et des mains de la puéricultrice que ce soit pour les soins techniques, la réassurance et/ou l'observation. Une complémentarité indispensable. Toujours disponibles pour de multiples missions qu'elles doivent savoir prioriser et mener avec calme, rigueur et dynamisme. Au croisement des demandes, elles font le lien entre les différents intervenants auprès des patients et des familles, dans une dynamique d'équipe et de prise en charge pluridisciplinaire.
Session Thématique
15h25 - 16h45
737-738
Infirmier(e) : La peau dans tous ses états : optimisation de prise en charge
Thématique : Pédiatrie
Modérateur(s) : Laure de Saint Blanquat (Paris / FRANCE), Christine Fayeulle (Lille / FRANCE)
  • Prise en charge pré-hospitalière du brûlé
    Orateur(s) :
    • Fabien Lespinas (Mont-De-Marsan / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Principes de prise en charge médicale du brûlé
    Orateur(s) :
    • Nicolas Louvet (Paris / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Prise en soins infirmières du brûlé
    Orateur(s) :
    • Mathilde Henaff (Paris / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • Le Lyell
    Orateur(s) :
    • Nathalia Bellon (Paris / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
741
Médecin : Ces pathologies où il faut aller vite
Thématique : Pédiatrie
Modérateur(s) : Maryline Chomton (Paris / FRANCE), Pierre-Louis Léger (Paris / FRANCE)
  • Purpura fulminans
    Orateur(s) :
    • Jean Bergounioux (Garchess / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Chocs toxiniques
    Orateur(s) :
    • Yves Gillet (Lyon / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Accidents vasculaires ischémiques
    Orateur(s) :
    • Manoelle Kossorotoff (Paris / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • Traumatisme crânien grave
    Orateur(s) :
    • Etienne Javouhey (Lyon / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
E01
Médecin : Colites à Clostridium difficile en réanimation
Modérateur(s) : Jean-François Timsit (Paris / FRANCE), Gaël Piton (Besançon / FRANCE)
  • L'épidémiologie a-t-elle changé ?
    Orateur(s) :
    • Jeanne Couturier (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Stratégie diagnostique
    Orateur(s) :
    • François Barbier (Orléans / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Traitement
    Orateur(s) :
    • Benoit Guéry (Lausanne / SUISSE)
    16h05 / 16h25
  • Transmission croisée et prévention
    Orateur(s) :
    • Jean-Ralph Zahar (Bobigny / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
E02
Médecin : Toxicologie et urgences
Modérateur(s) : Benoit Doumenc (Paris / FRANCE), Nicolas Marjanovic (Poitiers / FRANCE)
  • Intoxications aux cardiotropes
    Orateur(s) :
    • Sébastien Beaune (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Nouvelles drogues récréatives
    Orateur(s) :
    • Bruno Megarbane (Paris / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Intoxication au CO : quelle place pour le caisson hyperbare ?
    Orateur(s) :
    • Peter Radermacher (Ulm / ALLEMAGNE)
    16h05 / 16h25
  • Screening systématique des toxiques ?
    Orateur(s) :
    • Nicolas Lerolle (Angers / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
E03
Infirmier(e) : Les familles en réanimation
Modérateur(s) : Marion Letheuré (Paris / FRANCE), Nancy Kentish Barnes (Paris / FRANCE)
  • Ouvrir 24/24 : les clefs de la réussite 
    Orateur(s) :
    • Virginie Souppart (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Instaurer la confiance
    Orateur(s) :
    • Elie Azoulay (Paris / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Présence des familles lors de la réanimation : expérience de la pédiatrie et ouverture sur l'adulte
    Orateur(s) :
    • Violaine Mattioni (Paris / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • Journal de bord : quels bénéfices ?
    Orateur(s) :
    • Anne-Sophie Debue (Paris / FRANCE)
    16h25 / 16h45
SOS - Session d'organisation des soins
15h25 - 16h45
E04
Infirmier(e) : Mieux vivre en réanimation 2
Modérateur(s) : Grégoire Demont (Lille / FRANCE), Sarah Dupont (Paris / FRANCE)
  • Mesure de l'impact de la musicothérapie sur la douleur, l'anxiété et le bien-être des patients admis aux soins intensifs en post-opératoire.
    Orateur(s) :
    • Frankina Yeboah (Anderlecht / BELGIQUE)
    15h25 / 15h45
    Abstract : Le séjour à l'unité de soins intensifs (USI) entraîne souffrances et agressions pour les patients, pouvant engendrer un état de stress post-traumatique (ESPT). Dans la conférence de consensus « mieux vivre la réanimation » (SFAR-SRLF, 2010), la musique est considérée un moyen d'améliorer le bien-être du patient. La présente étude mesure l'impact de la « MUSIC CARE © » sur la douleur, l'anxiété et le bien être des patients en soins intensifs, en post-opératoire. L'évolution des paramètres vitaux et les avis des patients sur l'utilisation de la musique de relaxation ont également été observés. Cette étude d'intervention avec échantillon apparié (critères d'inclusion : patient majeur, francophone, conscient, sans trouble d'acuité, ayant subi une intervention chirurgicale, donnant un consentement éclairé) s'est déroulée aux soins intensifs de l'ULB-Hôpital Érasme, sur 24 jours. Un entretien semi-dirigé a été réalisé avant/après la séance de « MUSIC CARE © ». Trente patients ont participé à l'étude (âge moyen de 50 ans, majorité de femmes et 70 % ont subi une neurochirurgie). La « MUSIC CARE © » a permis une diminution statistiquement significative de la douleur (p < 0,001) et de l'anxiété (p<0,001) et une amélioration du bien-être physique et psychique (p < 0,001) : sensation de détente (30 %), de relaxation (13 %) et de déconnexion (20 %). Les paramètres vitaux n'ont pas été influencés. La « MUSIC CARE © » est une technique non médicamenteuse qui permet de diminuer la douleur et l'anxiété et de « mieux vivre la réanimation ».
  • « Mieux prendre soin pour mieux soigner » : Soins esthétiques en service de soins critiques
    Orateur(s) :
    • Nadine Robquin (Villeneuve-Saint-Georges / FRANCE)
    15h45 / 16h05
    Abstract : Le séjour en réanimation est une étape traumatisante avec une détérioration de l'image corporelle, un risque de stress post-traumatique. Les soins d'esthétique, la musicothérapie pourraient-être utilisés à visée anxiolytique, antalgique afin de maintenir les patients dans la vie et ne pas réduire cette période à de la survie. En novembre 2017, est réalisée une étude sur 101 patients conscients durant 36 jours, confirmant la demande chez 51% d'entre eux. En Mars 2018 , a été mis en place une prestation de soins esthétiques (soins du visage, maquillage correcteur, massages, manucure, pédicure, soins capillaire) et musicothérapie, proposée une fois par semaine par une aide-soignante du service avec une compétence d'esthéticienne. Ces soins sont donc proposés en toute sécurité à tous patients de réanimation, conscients et consentants même sous assistance ventilatoire. Tous les patients du service sont évalués le jour du soin pour leur éligibilité. Un outil avec des échelles visuelle numérique(EVN) de douleur et d'anxiété avant, pendant et après les soins (H2) a été créé afin d'évaluer le bénéfice pour le patient. Un outil d'évaluation de l'anxiété de la famille a été créé. De mars à mai 2018, 21 patients ont bénéficié des soins. On note une diminution significative de l'anxiété (EVN moyenne passant de 3.5 à 0.6 puis 0.9) et de la douleur (EVN moyenne passant de 2.5 à 0.9) La mise en place de soins esthétiques entraine une amélioration de la vie en réanimation avec une objectivation d'une baisse de l'anxiété et de la douleur ressentie.
  • L'aromathérapie en réanimation et pourquoi pas ? Anxiété et insomnie, retour à l'essentiel
    Orateur(s) :
    • Malvina Grolier (Angoulins / FRANCE)
    16h05 / 16h25
    Abstract : AROMAREA Partant du postulat que la réanimation est source d'inconfort et de stress post traumatique pour les patients, nous avons décidé de mettre en place de l'aromathérapie au sein de notre service afin d'améliorer leur confort. Il existe un réel bénéfice pour le patient, sur la perception de l'environnement, la réduction de l'anxiété, la baisse de la pression artérielle et l'amélioration du sommeil lors de l'inhalation d'huile essentielle. Suite à une formation en aromathérapie, j'ai décidé de mettre en place ce support pour travailler sur le stress et l'insomnie, deux axes émotionnels dont souffrent nos patients. Les objectifs sont : - diminuer les risques de décompensation liée à l'angoisse et le manque de sommeil, - limiter le risque de perturbation neurologique lié au manque de sommeil, - proposer un soin de détente dans un milieu stressant, - favoriser l'observance et la compliance aux soins, évitant ainsi les contentions physiques et chimiques ; - limiter la durée de séjour et ses conséquences. Les huiles essentielles d'agrumes apportent tous ces bénéfices et sont sans risques pour les patients et le personnel médical et paramédical. Un protocole a été rédigé pour l'utilisation de ces huiles essentielles. Deux méthodes sont possibles : - L'olfaction : diffusion et sticks, - En toucher massage avec des préparations adaptées. Chaque soin est évalué à l'aide d'outils simples : l'échelle de COVI et des échelles numériques. Cette première expérience encourageante nous a motivé pour lancer une étude de recherche paramédicale orientée sur l'anxiété du patient BPCO en décompensation respiratoire.
  • La socioesthétique pour réhumaniser les soins critiques
    Orateur(s) :
    • Irma Bourgeon-Ghittori (Créteil / FRANCE)
    16h25 / 16h45
    Abstract : Le Service de Réanimation Médicale propose des soins socio-esthétiques aux patients hospitalisés dans le but d'améliorer leur image, de restaurer leur intégrité physique et l'empathie des soignants. Ce projet SERHUMS (la Socio-Esthétique pour Re-HUManiser les Soins critiques) est financé par le Prix première chance 2017 de la Fondation L'Oréal. Il répond à une demande des patients, des familles et des soignants. Une socio esthéticienne intervient en complémentarité avec l'équipe soignante pour réduire les sources d'inconfort et aider les patients à retrouver des sensations agréables. Les soins proposés sont polymorphes avec un aspect relationnel par le toucher bienveillant visant à détendre le patient et à réduire sa douleur et un aspect esthétique visant à restaurer son image corporelle. L'évaluation du projet repose sur l'impact physiologique sur le patient en plus des effets psychologiques sur le patient, les soignants et les familles. La psychologue du service est associée à cette évaluation. les verbatim des patients ayant bénéficié des séances sont élogieux, les proches expriment aussi leur reconnaissance et les soignants observent des effets cliniques. Les changements psychologiques (ex: changement d'attitude du patient qui se redresse dans son lit, devient plus actif et planifie lui-même la prochaine séance)et physiologiques(ex: réduction des signes de détresse respiratoire) observés suggèrent un potentiel majeur. Ces résultats nous conduisent à cibler les interventions de la socio esthéticienne sur trois types de prises en charge critiques et d'en évaluer l'impact sur la performance du patient et sur les relations de soins. L'appréciation du traitement esthétique de la personne est-elle un moyen de mieux vivre la réanimation ?
Meet the experts
15h25 - 16h25
E05
Médecin : Endocardite
Modérateur(s) : Saad Nseir (Lille / FRANCE)
  • Endocardite
    Orateur(s) :
    • Nicolas Bréchot (Paris / FRANCE)
    • [expert] - Michel Wolff (Paris / FRANCE)
    • [expert] - Pierre Tattevin (Rennes / FRANCE)
    15h25 / 16h25
Session Thématique
15h25 - 16h45
E06
Médecin : Insuffisance rénale aiguë
Modérateur(s) : Alexandre Lautrette (Clermont-Ferrand / FRANCE), Emmanuel Canet (Paris / FRANCE)
  • L'insuffisance rénale fonctionnelle : ça existe ?
    Orateur(s) :
    • Lara Zafrani (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Comment mesurer la fonction rénale en réanimation ?
    Orateur(s) :
    • Stephan Ehrmann (Tours / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • New treatments for septic acute kidney injury
    Orateur(s) :
    • Peter Pickkers (Nijmegen / PAYS-BAS)
    16h05 / 16h25
  • insuffisance rénale aigüe et mortalité : cause ou association ?
    Orateur(s) :
    • Alexandre Hertig (Paris / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
E07
Infirmier(e) : L'équipe et la communication
Modérateur(s) : Paulo Ferreira (Paris / FRANCE), Stéphanie Bonnel (Paris / FRANCE)
  • Améliorer les transmissions : éviter les écueils
    Orateur(s) :
    • Sacha Rozencwajg (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Flash info
    Orateur(s) :
    • Annick Delpech (Lyon / FRANCE)
    15h45 / 16h05
    Abstract : Dans le cadre d'un service de réanimation, où les équipes travaillent avec des horaires en 12 heures d'amplitude et des alternances jour/ nuit, les temps de relève sont réduits. Se pose alors la problématique de la transmission des informations autre que celles concernant strictement le suivi des patients. C'est pourquoi il nous a paru intéressant de créer un temps dédié, avec suspension de toute activité (hors urgence) pour communiquer, simultanément, à toute l'équipe présente, les informations autres que les cas de patients stricto sensu. Les "flash info" permettent ainsi de se retrouver aussi autour d'un café et de débriefer. Le principe est de ne pas dépasser les vingt minutes de communication. Cette technique est inspirée de ce qui se fait chez les pompiers.
  • Réseaux sociaux virtuels en réanimation
    Orateur(s) :
    • Annick Delpech (Lyon / FRANCE)
    16h05 / 16h25
    Abstract : Ce travail est le résultat d'une recherche portant sur l'usage des réseaux sociaux virtuels dans le cadre des pratiques professionnelles paramédicales. En effet, l'usage croissant des dispositifs d'échanges sur internet de la part des professionnels semble tendre vers des analyses de pratiques professionnelles ou des communautés de pratique. La question de départ interroge la contribution des réseaux sociaux et numériques (en particulier des forums d'échanges et de Facebook) dans le développement professionnel des infirmiers et la dynamique d'une équipe. Un focus particulier est fait sur les pratiques au sein d'un service de réanimation chirurgicale, car certaines familles ont demandé à des professionnels d'être leur ami sur Face book. Ce qui a mis en évidence la problématique des frontières entre la sphère professionnelle et le domaine personnel. Une méthode quantitative et une méthode qualitative sont utilisées afin d'explorer cette question de départ. Ce sujet est innovant dans la mesure où, dans un contexte de développement des NTIC et dans la dématérialisation des échanges, il est important de tenir compte de ces nouvelles manières d'échanger, dans la formation initiale et continue des infirmiers et de comprendre quels en sont les enjeux en termes de professionnalisation.
  • Quel impact des nouveaux moyens de communication ?
    Orateur(s) :
    • Sandrine Dray (Marseille / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
E08
Médecin : Innover en soins critiques
Modérateur(s) : Guillaume Carteaux (Créteil / FRANCE), Sébastien Pons (Paris / FRANCE)
  • J'ai une idée d'invention : les étapes à suivre
    Orateur(s) :
    • Caroline Haurena (Paris / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Dispositifs médicaux : les points de réglementation à connaître
    Orateur(s) :
    • Blandine Schaaff (Paris / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Innover partout dans le monde
    Orateur(s) :
    • Armand Mékontso-Dessap (Créteil / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • D'un constat de terrain au concours Lépine : l'histoire du MedPack
    Orateur(s) :
    • Samuel Mercier (Paris / FRANCE)
    16h25 / 16h45
Session Thématique
15h25 - 16h45
N02
Infirmier(e) : EXP'air : la ventilation, pour aller plus loin
Modérateur(s) : Sylvie L'Hotellier (Strasbourg / FRANCE), Fatima Douadi (Nice / FRANCE)
  • Quand la ventilation est délétère
    Orateur(s) :
    • Nicolas de Prost (Créteil / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Analyse des courbes du ventilateur
    Orateur(s) :
    • Lise Piquilloud (Lausanne / SUISSE)
    15h45 / 16h05
  • Vers une ventilation personnalisée
    Orateur(s) :
    • Jean-Daniel Chiche (Paris / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • Formation des IDEs au monitorage de la ventilation et mise en place d'indicateurs de qualité
    Orateur(s) :
    • Alisée Michel (Paris / FRANCE)
    16h25 / 16h45
    Abstract : La qualité de la prise en charge des patients ventilés mécaniquement en réanimation est capitale pour favoriser le pronostic et limiter les événements iatrogènes. Notre service a depuis de nombreuses années organisé la réflexion autour de la ventilation au sein d'un groupe de travail pluri-disciplinaire composé de médecins et de paramédicaux (IDE, AS, kinésithérapeutes). Depuis deux ans, nous avons mis l'accent sur la formation des paramédicaux à la prévention des complications de la ventilation en optimisant notre bundle de prévention des PAVM, en renforçant la formation des paramédicaux (notamment IDE et AS) à la ventilation, et en formalisant un relevé paramédical de différents paramètres de ventilation, nous permettant d'extraire ces données sous forme d'un tableau de bord de la qualité des soins liés à la ventilation. Ce tableau de bord nous permet de monitorer de façon globale les améliorations et points à renforcer dans notre gestion des patients ventilés.
Session Thématique
15h25 - 16h45
S01
Médecin : Insuffisance respiratoire aiguë sur insuffisance respiratoire chronique
Modérateur(s) : Eric Maury (Paris / FRANCE), Jean-Damien Ricard (Colombes / FRANCE)
  • Epidémiologie et pronostic
    Orateur(s) :
    • Nicolas Terzi (Grenoble / FRANCE)
    15h25 / 15h45
  • Stratégie ventilatoire non-invasive
    Orateur(s) :
    • Alexandre Demoule (Paris / FRANCE)
    15h45 / 16h05
  • Extra-corporeal CO2 removal
    Orateur(s) :
    • Jean-Luc Diehl (Paris / FRANCE)
    16h05 / 16h25
  • Place de la corticothérapie
    Orateur(s) :
    • Fekri Abroug (Monastir / TUNISIE)
    16h25 / 16h45